•  

    Traditionnellement, la reine d'Angleterre s'adresse à la population britannique le 25 décembre. C'est l'occasion de lui présenter ses voeux, évidemment, et de lui transmettre un message plein de bonnes intentions.


    Cette année, elle a appelé les générations à se rapprocher, à communiquer davantage et à tirer profit des qualités de l'autre.


    A chaque fois qu'on aborde ce débat, je pense à la place des vieux dans notre société et à ce décalage permanent entre ce que nous disons et ce que nous faisons.


    Il faut les respecter ? On leur parle parfois comme à des enfants de trois ans. On a beaucoup à apprendre d'eux ? On se plaint parce qu'ils radotent trop. Leur expérience professionnelle est une richesse incroyable pour un pays ? Après 50 ans on ne veut plus de vous alors imaginez un peu la retraite à 65 ou 70 ans !


    Il est évident que nos anciens ne reçoivent pas le respect et l'attention qu'ils méritent. Mais comment voulez-vous faire comprendre cela aux nouvelles générations si la société elle-même les rejette sans cesse ?


    votre commentaire
  • Noël. Les cadeaux, la joie de se retrouver, la fin de querelles dont on ne connaît plus les causes. L'esprit de Noël qui se caractérise par un peu plus de tolérance et d'envie d'aimer. Aime ton prochain, nous rappelle l'Eglise.



    Une partie de cette même Eglise a oublié quelques principes hier. Au nom du caractère sacré de toute vie humaine, le Vatican a refusé d'accorder des obsèques religieuses à Piergiorno Welby, l'italien de 60 ans qui, atteint de dystrophie musculaire, a demandé qu'on débranche le respirateur qui le maintenait en vie depuis presque dix ans.



    Certes, on peut comprendre la position de l'Eglise qui désapprouve qu'on mette fin à ses jours. Mais il est pour le moins étonnant qu'on défende la vie à tout prix, quelles que soient les souffrances qu'endure un être humain.



    L'Eglise aura donc décidé d'abandonner un des siens, un 24 décembre, parce qu'il ne supportait plus de souffrir.


    votre commentaire
  •  

    Le Père Noël est fauché. Il a beau se retourner les poches, pas un centime ne traîne. Les commerçants en font le triste constat. D'ailleurs, ça fait deux ou trois fois que je le croise sans ses rênes... Je me demande s'il les aurait pas bouffés !



    Plus de sous, donc... Cette année, nous n'aurons dépensé « que » 550 euros en moyenne par foyer tandis qu'en 2002, nous avions dépensé plus de 800 euros pour les fêtes de fin d'année.



    Ca me fait penser à ce débat sur l'ouverture des magasins le dimanche (débat relancé cette année, les 24 et 31 décembre tombant un dimanche). Le droit d'ouvrir tous les commerces devrait relancer l'économie, nous dit-on.



    Ah... Je sais pas pour vous, mais moi, je ne vois pas ce que ça changerait dans mes dépenses. Le côté pratique (pour le client, entendons-nous bien), je comprends. Mais c'est pas parce qu'on ouvre un jour de plus que j'aurai plus de sous à dépenser.



    Rassurez-vous quand même. Nos enfants auront en moyenne 7 cadeaux pour un montant global de 241 euros. Ouf ! Nous voilà rassurés ! L'esprit de Noël est sauvé, on a dépensé assez...


    1 commentaire
  •  

    Les bouteilles de Champagne ne sont pas encore ouvertes et pourtant j'ai déjà mal à la tête. C'est une douleur là, à gauche, même à l'extrême gauche, en fait. Ca semblait se calmer un peu, mais non. C'est reparti.


    En voici la cause : Marie-George Buffet a décidé une bonne fois pour toutes d'entrer en campagne. La gauche antilibérale n'arrivait pas à se mettre d'accord pour le choix d'un candidat unique. Donc elle se lance, ce qui peut se comprendre.


    C'est donc la fin de cette volonté d'union, me direz-vous. Eh bien non ! C'est bien pour cela que la migraine menace.


    La secrétaire du PCF a décidé de quitter ses responsabilités à la tête de son parti « pour mettre sa candidature à la disposition de tous les hommes et les femmes qui veulent une gauche antilibérale. »


    En clair (façon de parler), je suis la candidate qui est normalement étiquetée PC, et là, je vous demande de voter pour moi, mais plus en tant que secrétaire générale du PC. Vous ne vouliez pas de moi comme candidate, mais désormais je suis celle qui peut vous rassembler puisque j'ai quitté cette fonction... Mouais...


    A l'heure des prédictions pour 2007, je crois que nous pouvons nous lancer dans la voyance : en avril, l'extrême gauche fera un bon score si on additionne toutes ses voix mais aucun parti ne dépassera les 5% (ou alors, tout juste).


    Faites tous les voeux que vous voulez pour la nouvelle année, mais vos chances de résurrection sont quasiment nulles. Ne gâchez donc pas vos voeux, faites-en d'autres.


    votre commentaire
  •  

    A quelques jours de Noël, ça ne pouvait pas mieux tomber. On nous annonce une augmentation de salaire. Ca faisait des années que vous manifestiez pour cela ? Vos cris ont été entendus !


    Enfin... Pas tout à fait comme vous le pensiez, en fait. C'est arrivé suite à une proposition de Michel Charasse, sénateur socialiste du Puy-de-Dôme. Nos sénateurs ont décidé d'augmenter... leur propre salaire et ce, en fonction de l'inflation. Leur pouvoir d'achat ne pourra plus baisser.


    C'est une excellente idée ! On se demande où ils l'ont eue, d'ailleurs. Ben... En fait, ça fait bien longtemps que les fonctionnaires réclamaient ça. Même M. Debré, le président de l'Assemblée Nationale dénonçait hier cette initiative pour le moins étonnante...


    L'augmentation de salaire indexée sur l'inflation, vous en aviez rêvé ? Ils l'ont fait mais sans vous.


    votre commentaire