•  

    Alors, qu'allez-vous changer en 2007 ? Quelles sont les grandes décisions qui vont bouleverser votre vie ? Je veux parler, vous le savez, des bonnes résolutions que vous ne tiendrez pas... Allez, reconnaissons-le, on en respecte tout au plus une sur dix, non ?


    C'est aussi ce que je me disais en entendant les voeux de notre président. Oh certes, les idées sont belles et louables : la lutte contre les extrémismes, par exemple, contre la pauvreté et pour le droit au logement, aussi...


    Pendant quelques secondes je me suis demandé s'il allait nous ressortir le thème de la fracture sociale, vous savez, celle de 1995 qui, 12 ans plus tard, est restée la même.


    Le problème, c'est que c'est un peu comme nos bonnes résolutions à nous : chaque année, on en reparle parce que l'on sait qu'il faut absolument faire quelque chose. Puis, les jours passent et on oublie peu à peu. Et lorsque l'hiver arrive et qu'une autre année s'achève, la mémoire nous revient et on ressort, un peu honteux, les mêmes résolutions que celles des 10 ou 15 années précédentes...


    Je ne dis pas que la lutte est inexistante. Mais les résolutions ne sont peut-être pas les bonnes. Et si on décidait de s'attaquer au fond du problème, aux causes, et de ne pas uniquement le traiter une fois qu'il est trop tard ?


    Mais la promesse est belle. Le droit au logement opposable serait un progrès sensible. Alors, pour une fois, nous devons tous rester vigilants pour que, cette fois, les bonnes résolutions d'un homme soient tenues pour le bien de tous.


    votre commentaire