•  

    Hein?! Noooon... Pfff ! Waouh ! Eh ben ! Haaaaa ! Ouh la la !

    Pardonnez-moi, mais ce sont là les seuls mots qui me sont venus ce matin quand on m'a parlé de tout ce qu'il s'était passé chez nous en une simple nuit.

    Moi, j'ai cru qu'on se moquait de moi, que je rêvais encore ou que j'avais eu comme une longue absence. Oui, c'est exactement ça : je me suis cru un moment dans un mauvais remake de Good Bye, Lenin. Vous savez, c'est le film où une femme qui habitait en Allemagne de l'Est se réveille après avoir passé quelques mois dans le coma. Entre temps, le mur de Berlin est tombé et son pays a abandonné le communisme pour se réunifier avec la RFA et adopter le système capitaliste... Ben moi, j'ai bien cru que je traversais la même chose !

    Mais qu'est-il arrivé à mon pays dans la nuit ? L'ex-future Présidente a laissé tomber l'ex-futur premier Homme de France, le numéro deux du gouvernement a démissionné, l'UMP gagne les élections mais la gauche, pourtant d'une médiocrité remarquable, a effectué une belle remontée et a plus de sièges qu'en 2002...

    On a dû être survolés par un nuage radioactif ou un truc comme ça. Moi je ne vois que ça comme explication. Ou alors, c'est notre nouveau-président-de-tous-les-Français qui a chopé quelque chose pendant le G8 et nous l'a tous refilé dans la semaine !

    C'est vrai, quoi ? Vous avez vu dans quel état il était après avoir rencontré Poutine ? Je vous l'avais dit qu'il ne fallait pas le serrer de trop près, Vladimir. Pourquoi il a pas choisi un autre ami ? Prodi, ça aurait été plus simple comme ami, non ?

    Le président à moitié bourré, Juppé qui fait trois petits tours et puis s'en va (encore au Canada ?), Hollande qui nous crie « au secours, ma femme s'en va ! », la gauche qui grapille des sièges à l'Assemblée, et les centristes qui quittent tous les centre ! On en a les trois quarts à droite, ceux-là mêmes qui clâmaient haut et fort qu'ils étaient en dehors de tout clivage gauche-droite... Enfin... Ils le disaient du temps où ils croyaient encore pouvoir gagner. Ben oui, une fois que c'est foutu, vaut mieux retourner sa veste.

    Qu'on se le dise, c'est comme une nouvelle loi mathématique : le « nouveau centre », c'est un synonyme de la « droite ». C'est comme ça, faudra s'y faire !

    Mais que se passe-t-il dans ce pays ?

    Ah... Et la gauche... Je n'en peux plus de la gauche ! Ras le bol de voir Strauss Kahn, Fabius et Hollande essayer de tirer la couverture à eux. Marre qu'ils soient incapables de faire leur auto-critique ! Mais ils vont comprendre quand que les gens ne voulaient pas d'eux ?

    Le vote d'hier le montre encore... En nombre de votes, la gauche a recueilli 50,4% contre 49,6 à la droite. Oui, vous avez bien lu. Malgré le résultat final, plus de voix (hier) pour la gauche. Ca montre bien que les Français croient en Sarkozy mais pas forcément en ses idées ou celles de son parti. Ils sont capables de voter en masse pour un homme, mais avec quelques réserves pour son parti.

    A ce ryhtme-là, on l'aura notre cohabitation en 2012 : le PS aura été trop nul pour proposer un vrai projet et des têtes nouvelles et la politique de l'UMP aura déçu. Mais les Français, dont nos politiques soulignent souvent la qualité de jugement(!), aimeront plus Sarko que son adversaire. Ils l'éliront de nouveau puis feront basculer l'Assemblé à gauche un mois plus tard.

    Au moins, si Juppé est là dans 5 ans, il se sentira moins seul en faisant ses valises. Je crois que le Canada va avoir une sacrée vague de nouveaux arrivants en juin 2012...


    votre commentaire
  • Voici les scores que les 12 candidats ont réalisés lors du premier tour de la présidentielle en avril dernier.

      Nicolas Sarkozy : 31,18 %

      Ségolène Royal : 25,87 %

      François Bayrou : 18,57 %

      Jean-Marie Le Pen : 10,44 %

      Olivier Besancenot : 4,08 %

      Philippe de Villiers : 2,23 %

      Marie-George Buffet : 1,93 %

      Dominique Voynet : 1,57 %

      Arlette Laguiller : 1,33 %

      José Bové : 1,32 %

      Frédéric Nihous : 1,15 %

      Gérard Schivardi : 0,34 %

    On parle souvent de la proportionnelle et de son côté certes plus équitable mais aussi de ses travers, le pays étant alors impossible à diriger. En effet, comment dégager une majorité pour la moindre décision quand le parti le plus puissant n'atteint même pas le tiers des représentants ?

    Avouons quand même que cela soulève quelques questions. Je ne me plains pas de l'absence du FN à l'assemblée, mais le fait que 10 à 18% des électeurs ne soient pas représentés est pour le moins étrange, non ? Et Bayrou... Il devrait perdre de nombreux députés alors qu'il a explosé son score de 2002. Quant à l'UMP, on lui prédit déjà un ras de marée et peut être 400 députés sur les 577 possibles...

    Alors j'ai juste représenté ci-dessus ce que devrait être le visage de notre parlement si nous étions plus justes...

     


    votre commentaire
  •  

    Je sais pas ce que vous en pensez, mais moi, la fête des voisins, je comprends pas pourquoi ça marche aussi bien. C'est vrai quoi, vous trouvez ça drôle de passer la soirée avec des gens que vous cherchez à éviter tout le reste de l'année ?

    Vous avez raison, je pourrais me montrer un peu plus courtois au lieu de croiser les doigts pour que la porte de l'ascenseur se referme avant que la mamie du dessus ait eu le temps de composer son digicode et de monter avec moi.

    Le temps de grimper les 4 étages, je pourrais essayer de lui parler d'un sujet que tout le monde adore et semble maitriser : la météo. Le fameux « y'a plus de saisons » est une valeur sure. Ca marche partout : dans l'immeuble, sur le trottoir pendant qu'on fait pisser le chien, à la caisse d'un supermarché (ben oui, faut tout prévoir, parce qu'en plus les voisins on les croise pas que dans l'immeuble... Des fois, ils sortent eux aussi !)

    Cette semaine, vous avez pu voir que les grands de ce monde en ont profité pour se réunir. Comme nous. Eux, ils appellent ça le G8. Mais c'est un peu la même chose. Ca commence comme une belle réunion où on mange bien et boit un peu trop, puis y en a toujours un pour aborder les sujets qui fâchent. Sauf que eux, c'est pas les poubelles sur le trottoir, ou la place de parking qu'on occupe sans en avoir le droit qui les chagrine...

    Pourtant, je dois admettre que, parfois, y a des côtés positifs à tout ça. On peut s'y faire des amis quand même. C'est rare, mais ça arrive. Y a toujours le type un peu taciturne à qui on n'avait jamais rien dit et qui se révèle super sympa.

    Tenez, une belle amitié est née au G8. Notre Nicolas, le nouveau-président-de-tout-les-Français, a trouvé un nouvel ami : Vladimir Poutine. Ils ont même échangé leurs numéros de portables. Je sais, j'en écris des conneries, mais là, je ne déconne pas.

    Bon... Moi, j'avoue que j'avais pas pensé qu'on pouvait le trouver sympa, Vladimir. Certes, il est possible que pendant le repas, entre le dessert et le café, il ne soit pas complètement désagréable.

    D'ailleurs, à l'entendre, il se pourrait même que ce type ne soit que la pauvre victime d'une réputation qu'il ne mérite pas. Cette semaine, il déclarait (là, je vous conseille de vous asseoir, car je m'apprête à remettre en question quelques-uns de vos a priori) : je suis « le seul démocrate au monde. » Il a même ajouté qu'il n'avait « plus personne à qui parler depuis la mort du mahatma Gandhi ».

    Poutine, l'apôtre de la non violence. On croit rêver. Je me demande à quel moment du repas il l'a prononcée cette phrase. A mon avis, vers la fin, au moment où la vodka coulait à flots. En tout cas, on a appris qu'il avait un autre talent : celui de communiquer avec les morts. Gandhi est mort en 1948. Poutine naissait 4 ans plus tard. Dites... On peut laisser l'arme nucléaire à un mec qui dit des trucs pareils ?

    Bon ok... Il faisait de l'humour... Je ne suis pas certain que tout le monde se soit marré, mais bon...

    Nicolas doit quand même savoir qu'avec Vladimir, y a des tas de sujets à oublier. Vaut mieux réviser avant de passer le week-end avec lui : on ne parle pas de la presse, pas de l'opposition dans son pays, pas de la gay pride, pas des Tchétchènes, pas des USA et de leurs missiles, etc.

    Ah ben je sais... On peut lui parler de la météo... Ca se dit comment « y a plus de saisons » en russe ?



    L'auteur de ce site , respectueux du droit à la propriété, retirera sur simple demande, tout texte, photo, url qui pourrait porter atteinte aux droits de ses auteurs et des personnes.


    votre commentaire
  •  

    Canular... Oui, il s'agissait d'un canular. Non, pas de moi, de la part de ceux qui avaient organisé l'émission aux Pays Bas sur la greffe de foie...

    Oh, j'en entends (oui, je sais, j'entends toujours ce qui se dit à voix basse au fond là-bas) qui disent fièrement qu'ils étaient sûrs que tout cela n'était pas vrai. Moi, j'ai marché à fond. Et je crois que cela n'est pas étonnant. Je suis tout simplement certain que nous sommes capables de produire une émission telle que celle-là.

    Qui a dit qu'il était choqué ? Vous n'auriez pas regardé ? Voilà la vraie question... Auriez-vous regardé, même si cela vous choque ? Combien de gens disent regarder Arte et fuir Confessions Intimes ou autre spectacles racoleurs ? A nous entendre, Arte battrait tous les soirs l'audience de la finale de la coupe du monde de foot...

    Je ne sais pas encore si ce canular me choque ou s'il pouvait être nécessaire... J'y réfléchis encore et je reviens vous voir... Je dois quand même aller bosser...


    2 commentaires
  • En novembre 2006, je publiais l'article ci-dessous... Ce n'est pas une habitude de recycler les vieux trucs, mais là, vous verrez que ça reste d'actualité... Enfin, non, en fait. On ne nous en parle pas tant que ça. Quand parfois dix morts font, à juste titre, la une du 20h pendant des jours, 200 à 300000 morts passent inaperçus...

    Si vous le souhaitez, vous trouverez une pétition au lien suivant :

    http://www.europetition-darfour.fr/

     

    C'est quoi le Darfour ?

    Il y a ces conflits dont on ne parle pas, ou très peu. Vous avez dû entendre parler du Darfour et de ses milliers de morts. Mais on n'a pas insisté. Pourtant, encore un massacre qui se passe sous nos yeux. On aurait pu tirer les leçons du génocide au Rwanda. Pas cette fois. Il en faudra encore plusieurs pour que nos gouvernements réagissent enfin comme il se doit.

    Ce conflit se déroule au Soudan principalement. Il oppose, depuis 2003, des rebelles au gouvernement soudanais, lui-même soutenu par des milices. Plus de 200000 morts déjà. 2,5 millions de personnes ont dû fuir pour se réfugier dans des camps. Mais même là, ils ne sont pas à l'abri et une soixantaine de réfugiés ont été tués, fin octobre, dans un de ces camps.

    Le président soudanais, Omar Hassan al Bachir, refuse que des casques bleus entrent au Soudan. L'ONU envisage en effet d'envoyer 22500 dans l'ouest du Soudan. De plus il conteste les chiffres et affirme que seules 10000 personnes ont été tuées depuis 2003.

    Oh, ben ça va mieux ! 10000 morts seulement, ça peut aller. On a quand même eu peur. Mais si l'ONU pouvait se dépêcher d'intervenir, ça serait quand même pas mal...

    http://www.europetition-darfour.fr/


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique