•  

    La rumeur court. On va ajouter des barreaux aux fenêtres de l'Elysée. Est-ce qu'on a peur que quelqu'un entre par effraction ? Non, non, au contraire. On veut éviter que l'on en sorte ! Comment ça vous ne comprenez pas ? Ben, disons qu'au rythme où vont les choses, on va finir avec un chef de l'Etat sous les barreaux, voilà tout.

    Non, je ne parle pas de Chirac mais de celui ou celle qui suivra. On assiste à une surenchère impressionnante ces derniers temps. Vous avez raté des épisodes ? Ben, joignez-vous à nous. Vous verrez, c'est encore mieux que prison break !

    On avait commencé avec José Bové qui voulait absolument finir prisonnier politique pour avoir détruit des champs de maïs génétiquement modifié. Mais il n'est pas encore sous les barreaux. Il devra patienter un peu.

    Puis le canard enchainé a accusé Sarkozy d'avoir acquis un appartement à des conditions anormalement avantageuses. Aujourd'hui, comme je vous l'annonçais il y a plusieurs jours, le même canard, toujours enchaîné, accuse le couple Royal-Hollande d'avoir sous-estimé la valeur de leur logement et de ne payer qu'une infime partie de ce qu'ils devraient normalement payer au titre de l'ISF (6 fois moins). Dans les deux cas, tout cela reste évidemment à prouver...

    Mais c'est pas fini. On a aussi un candidat qui serait allé plus loin que les autres. Il a pris un peu d'avance, même sur Bové. Lui, au moins, il est déjà en garde à vue ! Il s'agit de Nicolas Miguet, le président du Rassemblement des contribuables français. On le soupçonne d'avoir détourné des parrainages.

    En effet, plusieurs élus disent avoir reçu des documents ressemblant à des guides officiels de parrainage qu'on leur demandait de renvoyer, entre autres, à une adresse commençant par « République Française, opération parrainage » dans le 8e arrondissement de Paris. Le tout était, semble-t-il, suffisamment ambigu pour que leur parrainage soit considéré comme pouvant être détourné.

    A qui le tour ? Le canard enchainé nous promet de nouvelles révélations la semaine prochaine...

    Vous imaginez l'Elysée transformé en prison ? La douche collective, les toilettes communes, les repas qu'on vous passe par une petite trappe. Et tout ça, à deux pas des Champs Elysées... Comment ça des clichés ? Ah bon ? En tout cas, vous croyez pas que ça risque de dissuader les chefs d'états de nous rendre visite ? Non, non, pas à cause des conditions d'hébergement, mais de peur d'y rester eux aussi...


    votre commentaire
  •  

    Voici un scoop, un vrai. Enfin, c'est un scoop à la blogitiquementcorrect, évidemment... Non, non, les infos principales sont vraies, comme toujours. Disons que le forme est un peu... comment dire ? Farfelue.

    Il s'agit d'extraits d'une conversation jusque-là gardée secrète... C'est par le plus grand des hasards, en me branchant par mégarde sur la ligne téléphonique d'hommes politiques de renom (dont je tairai le nom), que j'ai entendu tout ça. Comment ça, c'est de l'espionnage ? Jamais je n'oserais, vous le savez bien.

    Bon, cessez de m'interrompre, et lisez plutôt...

    « Allo ? Salut -bip- (les noms, vous le comprendrez, ont été censurés). Comment tu vas ?

    - Ca va bien, et toi ? Alors, t'es allé caresser les vaches ce matin ?

    - Oui, faut bien. Tu sais que tout se joue là-bas, surtout à un mois du premier tour. Là, ça fait deux heures que je me lave les mains. Heureusement que j'avais le nez bouché. J'aime pas les paysans !

    - Mouais... Ben toi, t'as pas allumé ta télé hier... T'as pas vu c'que Bové a fait ?

    - Non, non... Dis-moi ! Qu'est-ce qu'il a encore fait celui-là ? Il a démonté tous les McDo porte de Versailles ? Il a réussi à trouver des OGM près du périph ?

    - Pire... Il a annoncé qu'il n'irait pas au salon de l'agriculture. Selon lui, ce n'est qu'une grande mascarade et ça ne montre pas le vrai visage de la France de nos campagnes. On ne nous montre que « l'agriculture productiviste, industrielle et polluante ».

    - Bové aurait renoncé à passer devant les caméras ? T'es sûr ?

    - Non, quand même pas ! Au lieu de cela, il a organisé son propre salon dans sa ferme, à Montredon du Larzac. Va voir son site, tu verras ! On peut le rejoindre pour débattre des solutions pour notre agriculture, en France et en Europe.

    - Quoi ? Il a internet, Bové ? Y a l'électricité là-bas ? »

    Je vous épargne le reste de la conversation et les blagues douteuses sur nos agriculteurs... Si ça, c'est pas du scoop...


    votre commentaire
  •  

    Je suis à vous dans un instant. Je passe un petit coup de fil, et je reviens. Je peux vous proposer un café ou un thé en attendant ?

    Allo ? Passez-moi le service illustration, s'il vous plait. Merci. Allo ? Oui, j'ai juste une petite question. Ne le prenez pas mal, ce n'est pas une critique... Je voulais juste comprendre l'illustration du jour. Pourquoi vous me l'avez déguisé en pirate ?

    Mais non, quand j'ai dit qu'il avait été piraté, je voulais parler de son système informatique, pas de lui ! Les ordinateurs du FN ont été piratés, voilà tout ! Comment ? Non, tant pis, je la garde, on n'a plus le temps de changer...

    Voilà, je suis à vous. Bon ben on a une illustration... spéciale. En même temps, mis à part le chapeau, ça surprend pas trop de le voir comme ça. Ca nous rappelle l'époque où il avait le même type de bandeau sur un oeil.

    Le problème, c'est qu'il ne s'agit pas d'un mensonge. La police a pu prouver les dires du numéro un du Front National. Apparemment, ce piratage aurait permis de savoir qui compte parrainer Le Pen.

    On ignore encore qui a pu faire cela. Mais qu'il est idiot de tenter de les combattre comme ça ! Désormais, ils auront une bonne raison de faire croire que le FN est la cible permanente d'attaques irrégulières et basses. Loin de les affaiblir, on les a bien aidés.

    L'auteur de ce site , respectueux du droit à la propriété, retirera sur simple demande, tout texte, photo, url qui pourrait porter atteinte aux droits de ses auteurs et des personnes.


    votre commentaire
  •  

    Il ne reste plus que 12 jours. La tension est à son paroxysme. Mais cette fois, le compte à rebours ne s'arrêtera pas. Alors on les voit qui courent, téléphonent à tout va, lancent des cris de détresse à la télé, à la radio, dans la presse. Cet hiver, sauvez un candidat. Parrainez-le.

    Mais je dois dire que nous sommes dans un drôle de système. On va peut-être se retrouver avec des candidats qui ne dépasseront pas les 2% (rappelez-vous Jacques Cheminade et ses 0,27% en 1995) mais qui auront eu la possibilité de se présenter quand d'autres, qui représentent 10 à 20% de l'électorat, pourraient être absents.

    Pourtant, ça me fait mal de me dire qu'on a un parti d'extrême droite aussi fort. J'avoue que le soir du 21 avril 2002, j'avais honte et que je suis resté quelques minutes devant mon écran à ne pouvoir que faire, sentant les larmes monter.

    Mais si on considère que démocratiquement ce parti a le droit d'exister (ce que certains contestent), alors il nous faut admettre qu'il est lamentable qu'il ne soit pas représenté à l'assemblée nationale et qu'il ne parvienne pas à réunir les parrainages nécessaires pour présenter un candidat en avril prochain.

    Reste à savoir évidemment, si on ne nous joue pas le jeu habituel de la difficulté à réunir assez de soutiens pour se poser en victimes du système...

    Qu'il est difficile de se dire que pour défendre la démocratie, il faut accepter de défendre des partis que l'on croit capables de la menacer !

    L'auteur de ce site , respectueux du droit à la propriété, retirera sur simple demande, tout texte, photo, url qui pourrait porter atteinte aux droits de ses auteurs et des personnes.


    votre commentaire
  •  

    Ah, le salon de l'agriculture... Ses vaches, ses moutons, ses hommes politiques ! Ben oui, chaque année, c'est le passage obligé pour tout ministre, député ou chercheur de poste politique (si possible bien placé) qui se respecte et ne veut surtout pas qu'on puisse penser une seconde qu'il oublie ou méprise la France de nos campagnes.

    Parmi eux, il y a un champion toutes catégories. Imbattable, le mec ! Personne ne serre des pognes et caresse les vaches mieux que lui, tout en s'enfilant un verre de rouge et une tranche de saucisson. Vous l'aurez naturellement reconnu... Alors profitez-en, car ce devrait être son dernier salon en tant que président.

    En fait, c'est les autres qui m'amusent. J'aime bien moi ces moments où ils se mettent en danger en sortant de ce qu'ils connaissent et maîtrisent, car on en voit alors quelques-uns qui ont l'air un peu perdu. Pourtant, on est porte de Versailles. Côté dépaysement, on a fait mieux.

    Dans les allées, il faut les voir qui cherchent un peu d'aide. Euh, elle est de quel côté la tête ? Comment vous avez fait pour qu'il soit frisé comme ça, le mouton ? Et ça pousse dans la terre le foie gras ? Ils n'attendent qu'une chose : en avoir fait le tour et retrouver l'air du périph.

    Le plus ridicule en fait, ce n'est pas leur méconnaissance du monde agricole, c'est quand ils cherchent à la dissimuler et qu'on sent bien qu'il y a quelque chose qui cloche.

    D'ailleurs, en parlant de dégustation, ça me fait penser à cet épisode où Nicolas Sarkozy a dû s'envoyer un pti canon de rouge pour bien leur prouver, aux viticulteurs, qu'il pourrait faire un bon président. Vous comprenez, sur TF1 il avait dit qu'il ne buvait pas d'alcool... La boulette !

    C'est quand même terrible qu'on ne puisse pas dire qu'on ne boit pas d'alcool sans qu'on vous accuse de ne pas aimer nos viticulteurs, nos vins, notre culture, nos traditions...

    Dites... Moi, je connais un mec pas loin de chez moi, il est capable de s'envoyer trois litres de pinard en deux heures. Vous pensez qu'il ferait un bon président ou au moins un bon ministre ?


    votre commentaire