•  

    Non, je n'ai pas choisi de me lancer dans la littérature à l'eau de rose. Je ne prendrai pas avec vous le train qui vous emmènera loin de vos tracas ce week-end. C'est beaucoup moins agréable que ça puisque, cette fois, c'est un homme à l'histoire peu glorieuse qui m'inspire cet article.


    J'imaginais donc Margaret Thatcher versant quelques larmes en apprenant la « triste » nouvelle : son ami, Pinochet, est mort. Elle qui l'avait accueilli quand la vieille Europe avait osé essayer de le retenir pour le juger...


    Jusqu'au bout, il aura insulté le reste du monde d'ailleurs, en mourant avant d'avoir été jugé dans son pays et, de surcroît, un 10 décembre, journée mondiale des droits de l'Homme...


    votre commentaire
  •  

    On sait qu'il avait déjà vu la lumière une fois, dans le long couloir qui mène vers l'au-delà. Le miracle s'était produit et il était revenu d'un coma assez profond.


    Voilà que ce 10 décembre 2006 sera lui aussi à marquer d'une pierre blanche. Le jour même où la statue controversée de Jean-Paul II était inaugurée à Ploërmel... Comme un signe du ciel.


    Jean-Pierre Chevènement renonce donc à se présenter à l'élection présidentielle. Il a décidé de se rallier à Ségolène Royal. Je ne croyais pas aux miracles, mais là, on ne peut que l'admettre... C'en est un !


    En plus, c'est un ancien pêcheur. Il avait commis une fautre grave en 2002. Ses 5,33% du premier tour avaient éjecté Jospin du premier tour et ouvert la voie à la maléfique extrême droite.


    Certes, jospin n'était pas un sain. Il avait sa part de responsabilités. Mais là, Jean-Pierre a bien failli remettre ça. Heureusement, il a vu la lumière.


    Saint Jean-Pierre, nous te sommes reconnaissants.


    votre commentaire
  •  

    Eh ben dites donc. C'est quand même un monde étrange, vous trouvez pas ? On s'attendait à des coups, ou tout au moins quelques insultes ou même des crachats. Et puis, rien !


    Le combat tant annoncé s'est transformé en un échange courtois sans réel débat. Comme quoi Canal avait eu raison de ne pas le diffuser ce match. Bon, je sais, le titre « débats et ébats » est un peu provocateur. J'exagère quelque peu, c'est vrai. D'ailleurs, si on avait eu les ébats, Canal aurait quand même pu le diffuser, mais juste un peu plus tard...


    Mam a été effacée du premier au dernier round. Elle devra se réveiller si elle veut faire chuter son adversaire. On dirait que le vainqueur est déjà connu de tous, c'est pas du jeu. Ca sent le combat arrangé !


    votre commentaire


  • A ma droite, Michèle Alliot Marie, alias Mam. A ma gaughe... ah non... à ma droite aussi, Nicolas Sarkozy, alias Sarko. Ca fait des mois qu'ils se tournent autour. A la pesée, une partie du public avait hué Mam. Ils pensent que Nicolas a un meilleur uppercut et devrait mettre KO sa redoutable adversaire, Ségolène Royal, alias Ségo, au mois de mai prochain.



    D'autres aimeraient voir les deux femmes se battrent. Sûrement un vieux fantasme machiste.



    Aujourd'hui, c'est donc le jour du grand combat. Ils appellent cela un débat à l'UMP. 1500 spectateurs surexcités.



    C'est la chaîne public sénat qui le diffuse. Je crois que Canal n'a pas eu les droits. Pourtant, c'est sur cette chaîne que j'ai vu les meilleurs échanges sur un ring. Ca commence à 17 heures, au quartier de la Défense à Paris. La Défense, comme quoi, faudra se méfier des coups bas...



    En plus y en aura trois, des combats... euh... des débats ! Et c'est pas sûr qu'ils ne soient que deux la prochaine fois.... Ca pourrait finir en grande bagarre générale si le beau gosse de la discipline, Dominique de Villepin, décide de s'y coller lui aussi.



    Je ne sais pas ce que ça donnera, mais on ne pourra pas tomber plus bas que les échanges par médias interposés de ces derniers mois. Enfin une explication franche et directe !


    votre commentaire
  •  

    Mais qui sauvera la classe politique ? Qui ? Je n'arrive pas à le croire... Ils se disputent tous. Au PS et à l'UMP, on a l'habitude. On s'y est fait... On a connu une époque où le FN y échappait jusqu'à ce que Mégret et Le Pen rompent leur pacs. Les Verts, n'en parlons même pas. Les volées de bois vert (évidemment) doivent être un fantasme là-bas, parce qu'ils n'arrêtent plus !



    Notre dernier espoir reposait donc entre les mains de la gauche anti-libérale. On pensait que Besancenot, Buffet, Laguiller, Bové, et Autain allaient savoir être plus raisonnables. L'union fait la force, ils ont dû l'entendre pourtant... Ils sont quelques-uns à atteindre 5% des votes, alors, ensemble, les 15% semblaient mathématiquement possibles. Mais non, y a rien à faire. La zizanie les a atteints eux aussi.



    Mais qu'est-ce qui bloque ? Pourquoi s'obstinent-ils ?



    Ben, c'est toujours pareil. Ils veulent bien se dévouer mais la plupart ne souhaite en aucun cas que les autres les représentent. Ils refusent parfois tout accord avec le grand méchant loup PS. Alors chacun ira de son côté. Trois ou quatre candidats pour défendre des idées souvent proches.



    Alors, non... Au risque de vous décevoir, Arlette ne sera toujours pas élue cette fois-ci. Y a rien à faire.


    votre commentaire